Le plan urbain de mobilité (PUM)

À ce jour, il n’existe aucune étude qui envisage des alternatives à ce projet pharaonique qu’est le projet CHB et dont l’utilité en termes de mobilité reste douteuse. On ne peut en effet considérer comme étude digne de ce nom le « Plan urbain de mobilité » (PUM) de l’arrondissement de Liège, mené à bien en 2009.

En effet, il n’échappe à aucun observateur extérieur combien est opaque et orientée la façon dont s’est mis en place un système d’influences pour inscrire le projet CHB dans le PUM de Liège. (Conférence des Bourgmestres, asbl Liège Europe Métropole, Spi+, SDT, Province de Liège, … etc. où l’on retrouve toujours les mêmes « têtes » avec les mêmes « croyances » et « désirs qu’elles prennent pour réalité ou avenir qui serait prometteur »)

Pourtant, au sein du PUM, les analyses ouvertes à partir des informations et synthèses produites par un consortium de bureaux d’études (Transitec, Pluris, STIB, B.Blanchet) promettaient au départ une étude globale sérieuse tant de l’affectation des sols que de la mobilité, sans a-priori. (cfr 1ère séance de pilotage, la déclaration de TRANSITEC précisant que le PUM serait analysé avec ET sans CHB)

Il n’en a rien été : elles ont été court-circuitées par un véritable « putch politique », « sans appel », orchestré par Mrs Stéphane Moreau, Firket et l’échevine représentant Chaudfontaine, lors de la séance de pilotage du PUM du 20 septembre 2008.

Selon eux, il n’y avait plus à discuter de l’opportunité de la liaison CHB tant elle était « dûment établie » et « indispensable ». (Incroyable manipulation des leaders et prise de pouvoir du « politique » sur le pilotage du PUM et les bureaux d’études partenaires, quand on sait que l’opportunité de CHB n’est validée de manière satisfaisante par aucune des études réalisées ces vingt dernières années ! ! !)

Résultat : le PUM n’a pas étudié l’organisation de la mobilité future de l’arrondissement de Liège dans l’hypothèse « SANS CHB ». Une hérésie tant scientifique que politique ; un comble !

En ce début 2017, le PUM dont la rédaction est achevée depuis plusieurs années n’est toujours pas validé par le Gouvernement wallon et n’est toujours pas accessible au public. De plus, la réflexion interne menée par la Conférence des Bourgmestres a été totalement occultée et n’a pas donné lieu à un débat valable. Les spécialistes en mobilité consultés ont déconseillé le gabarit autoroutier pour CHB, à l’encontre des revendications politiques de certains. D’autre part, il n’a pas été donné suite à la demande d’ étude sérieuse et globale de la mobilité sans liaison CHB, lorsque cela a été demandé (Fléron, Moratoire, …).

Quant au SDT (Schéma de Développement Territorial) de la Conférence des 24 Bourgmestres, ces derniers se seraient unanimement mis d’accord sur le volet « mobilité » de ce SDT en cours de gestation, sans réel retour ou débat démocratique et documenté dans leurs Conseils Communaux. Ce volet « mobilité » s’inspirerait des conclusions du PUM, lui-même contestable dans sa méthodologie (voir ci-avant – pas d’analyse globale SANS CHB !), toujours pas rendu public, et non encore validé par le Gouvernement Wallon.

Dernière imposture : le PUM, dans sa « version définitive » non validée est abondamment utilisé depuis plusieurs années comme outil interne de référence dans l’administration wallonne ou provinciale, au sein de divers cénacles de réflexion, d’orientation et de proposition de décisions pour l’avenir ! Diverses publications y font référence, toujours dans le même et seul sens préconisé (mobilité « AVEC CHB ») puisque l’examen d’une mobilité qui se développerait dans l’hypothèse « SANS CHB » a tout simplement été volontairement éludé ! Sans parler de la récente résolution au Parlement wallon qui cite explicitement ce PUM comme référence 1 et qui, sous prétexte de coupler la mobilité et le développement territorial, « démontre la nécessité de CHB » – selon les ténors politiques de l’agglomération.

Or, le PUM étant inaccessible au public depuis lors (soit sept ans d’opacité totale !), les citoyens en sont réduits au seul fait connu et répété de manière incantatoire par les politiques, à savoir que l’autoroute est « un fait acquis », et qu’il a été demandé aux auteurs du PUM de ne pas aborder le sujet !

EN CONCLUSION , relativement à CHB dans le PUM, le bilan est lourd et handicape gravement le futur de Liège:

  • études volontairement tronquées de la mobilité pour le futur…
  • au sein d’associations ou de groupements de travail « autoproclamés », avec leurs propres modes de fonctionnement et leurs propres organigrammes, différents de l’un à l’autre, qui n’engagent qu’eux-mêmes, dans la plus totale occultation, sans transparence démocratique, sans légitimité démocratique
  • …et surtout sans contrôle démocratique citoyen,in fine, une « pseudo » supracommunalité auto-proclamée, occulte, sans retour ni débat devant les conseils communaux et les électeurs !

En raison de l’inaccessibilité du PUM, et par là des données relatives à la mobilité liégeoise, le Groupement CHB propose une carte illustrant les points noirs de la mobilité dans l’agglomération liégeoise et l’insuffisance des réponses qu’apporterait la liaison:    cliquer ici pour la carte mobilité


1 voir à ce sujet « Dérivations » n°2, mars 2016.